Logo allemagne21.tv
Inscription Newsletter allemagne21.tv
Reseaux Sociaux



 
Favoris et Partage

L'Eglise catholique allemande a présenté mardi 25 septembre officiellement ses excuses, après la publication d'un rapport accablant relatant des abus sexuels par des membres du clergé sur plus de 3 600 mineurs durant des décennies. On vous le disait la semaine dernière. Mercredi 12 septembre, plusieurs journaux allemands ont révélé une nouvelle affaire de pédophilie dans l'Eglise catholique, outre-Rhin. Astrid Meyer vit près de la frontière française, dans le diocèse de Stuttgart. « Elle est l’une des nombreuses victimes des abus sexuels d’un curé allemand », indique France info qui la interviewée. Elle a livré à franceinfo son témoignage enregistré depuis son ordinateur, pour la première fois en français. "Pour moi c’était important de rompre le silence, explique-t-elle. Ce silence, on le demande aux victimes et il est extrêmement nocif. Il est le garant de l’impunité pour les abuseurs. Parce que cette institution ne veut absolument pas se faire critiquer. Protéger l’institution, c’est ce qu’il y a de plus important. » Astrid Meyer demande désormais à nommer les responsables.

Contenu de la vidéo : L'Eglise catholique allemande a présenté mardi 25 septembre officiellement ses excuses, après la publication d'un rapport accablant relatant des abus sexuels par des membres du clergé sur plus de 3 600 mineurs durant des décennies. On vous le disait la semaine dernière. Mercredi 12 septembre, plusieurs journaux allemands ont révélé une nouvelle affaire de pédophilie dans l'Eglise catholique, outre-Rhin. Astrid Meyer vit près de la frontière française, dans le diocèse de Stuttgart. « Elle est l’une des nombreuses victimes des abus sexuels d’un curé allemand », indique France info qui la interviewée. Elle a livré à franceinfo son témoignage enregistré depuis son ordinateur, pour la première fois en français. "Pour moi c’était important de rompre le silence, explique-t-elle. Ce silence, on le demande aux victimes et il est extrêmement nocif. Il est le garant de l’impunité pour les abuseurs. Parce que cette institution ne veut absolument pas se faire critiquer. Protéger l’institution, c’est ce qu’il y a de plus important. » Astrid Meyer demande désormais à nommer les responsables.

Mots clés liés : Astrid Meyer, Eglise catholique, Stuttgart, allemande, outre-Rhin, mineurs, abus sexuels, clergé, diocèse

Image pour les réseaux sociaux :
 
 
 
 
   

 

Nous Contacter 
 Allemagne21.tv disclaims any responsibility for the content of infomercials and film coverage aired on Allemagne21.tv