Logo allemagne21.tv
Inscription Newsletter allemagne21.tv
Reseaux Sociaux



 
Favoris et Partage

"Je ne suis pas arrogant, je dis et je fais ce que je veux". L’entretien fleuve accordé à l’hebdomadaire allemand Der Spiegel par le président de la République française, samedi 14 octobre, la veille de l’interview donnée dimanche soir sur TF1, a beaucoup fait parler. Sur huit pages, Emmanuel Macron s’est adressé aux Allemands. Bilan ? Le chef de l’Etat assume une posture très à droite tout en précisant sa vision de sa fonction. « Pour moi, la fonction présidentielle est d'abord symbolique. Pour cela nous avons besoin d'une forme d'héroïsme politique », précise-t-il, avant d’ajouter : « Je ne cèderai pas au triste réflexe de la jalousie française. Parce que cette jalousie paralyse le pays. On ne peut pas créer d'emplois sans entrepreneurs. L'Etat ne peut pas créer des postes par ordonnance. » Se présentant en président réformateur, Emmanuel Macron assure que cela implique une impopularité, au moins ponctuelle. "Certains voudraient me piquer comme un entomologiste le ferait avec un papillon et dire : regardez, c'est le banquier que l'on n'aime pas. Si c'était le cas, je ne serais pas ici".

Contenu de la vidéo : "Je ne suis pas arrogant, je dis et je fais ce que je veux". L’entretien fleuve accordé à l’hebdomadaire allemand Der Spiegel par le président de la République française, samedi 14 octobre, la veille de l’interview donnée dimanche soir sur TF1, a beaucoup fait parler. Sur huit pages, Emmanuel Macron s’est adressé aux Allemands. Bilan ? Le chef de l’Etat assume une posture très à droite tout en précisant sa vision de sa fonction.
« Pour moi, la fonction présidentielle est d'abord symbolique. Pour cela nous avons besoin d'une forme d'héroïsme politique », précise-t-il, avant d’ajouter : « Je ne cèderai pas au triste réflexe de la jalousie française. Parce que cette jalousie paralyse le pays. On ne peut pas créer d'emplois sans entrepreneurs. L'Etat ne peut pas créer des postes par ordonnance. »
Se présentant en président réformateur, Emmanuel Macron assure que cela implique une impopularité, au moins ponctuelle. "Certains voudraient me piquer comme un entomologiste le ferait avec un papillon et dire : regardez, c'est le banquier que l'on n'aime pas. Si c'était le cas, je ne serais pas ici".

Mots clés liés : Emmanuel Macron, Allemagne, France, Der Spiegel, entretien, TF1, président de la République, interview

Image pour les réseaux sociaux :
 
 
 
 
   

 

Nous Contacter 
 Allemagne21.tv disclaims any responsibility for the content of infomercials and film coverage aired on Allemagne21.tv